Annuaire association

Supprimer toutes les publicités avec l'asso-pack + ?

Commander !

Cotizasso, gérer les cotisations de vos adhérents

Le Cameroun perd 12 places au classement FIFA

 

● Désormais 79ème au classement FIFA, le Cameroun paie très cher son fiasco de Dar-es-Salaam. La non participation à la CAN 2013 n'ayant pas été comptabilisée ça laisse entrevoir le pire pour la suite si une catastrophe arrivait au mois de mars contre le Togo.


La dernière cuvée des Lions en Tanzanie © DR

 

Les récents évènements qui ont émaillé la vie de Lions Indomptables, de la mauvaise organisation du match contre la Tanzanie à la défection des joueurs, en passant par les déclarations du capitaine au mépris du droit de reserve contre la fédération, sans oublier les incohérences répétées et soutenues du sélectionneur depuis sa nomination Tout cela ne peut que mettre ce dernier sur la sellette et alourdir un fardeau que nous savions très peu leste, comme le chantaient les vents d'hiver !

 

Un des défis majeurs que s'était fixé l'actuel sélectionneur du Cameroun était de recoller au classement FIFA, le plus rapidement possible, mais l'annonce de la 79ème place des Lions Indomptables, qui n'est que la vérité comptable de l'échec, sonne définitivement le glas d'une mission en sursis. Aujourd'hui, les faits et les contradictions plaident de façon évidente pour une déposesans délai .

Le sélectionneur actuel est il l'homme de la situation ?

Le football n'a jamais été uns science exacte. Quand un entraineur national local gagne une CAN comme au Nigéria, on s'en félicite. Mais aussi, quand un entraineur échoue dans sa tâche comme il est question à ce jour au Cameroun ayons l'honnêteté intellectuelle de le souligner. C'est le cas de Jean Paul Akono. Nous laissons dependant au ministre des Sports la latitude de ses décisions, sauf si la feuille de route fixée à son port feuille par les hautes instances est évasive. Ce qui nous semble peu probable. Nous nous inscrivons en porte à faux s'il venait à lui renouveler sa confiance, à moins que pour M. le Ministre, pour lui le bon sens ne soit pas la chose la mieux partagée dans le monde.

(jeanpaul AkoNo)

Les choix, les résultats à la lecture du classement ainsi que le projet du sélectionneur camerounais n'ont pas convaincu grand monde depuis l'élimination contre le Cap-Vert. La mission commando, qui avait bénéficié de la grâce de sa nomination, avait une fin de vie limitée dans le temp. Comme une onde qui s'étiole, la suite n'ayant pas rendu une base de travail consistante au projet d'animation de son groupe, sa présence à la tête des Lions se compromet et ne saurait être défendue par la fierté nationale. On se demande tous ce jour si le sélectionneur actuel est l'homme de la situation. Rien n'est moins sûr puisque même ses dernières sorties médiatiques montrent combien ce groupe lui échappe.

A vouloir ménager la chèvre et les choux dans sa barque, le voyageur finit toujours pauvre !

Oui il faut agir et prendre des mesures comme il le dit lui-même, car le rassemblement des Lions n'est pas un rendez vous de touristes. Celui des joueurs de l'équipe nationale du Cameroun est placé sous la responsabilité du sélectionneur qui est garant de la cohésion et de l'unité du groupe dans sa mission.

Des manquements ont été relevés dans son management de groupe par tous ceux qui suivent de loin ou de près la vie dans la tanière. Les choix controversés, le cas Mayebi, jugé comme une sélection de complaisance de part son niveau de compétition, le cas Fabrice Olinga bien que talentueux mais en défaut de temps de jeu à Malaga évoluant en équipe reserve, le manque d'autorité et de présence sur le banc de touche, la gestion hasardeuse de sa communication sur le cas Chedjou, ou encore le rappel des hommes du passé, a engendré de l'insubordination et renforcé un esprit de clan qu'il s'était lui-même promis de dissoudre. Nous nous passerons de toutes les rumeurs sur le marchandage des sélections et nous souhaitons simplement que la raison guide nos décisions. Pour le Cameroun si un autre choix est à faire, c est maintenant !

Mais soyons justes. Cet échec est n'est pas que le sien. C'est celui de toute la chaîne de management; du sélectionneur au team manager, des adjoints à l'entraineur des gardiens de buts.

Le sélectionneur avait-il mal mesuré la profondeur du mal qui rongeait les Lions Indomptables de l'extérieur ? Pourquoi n'a-t-il pas appliqué toutes les mesures qu'il avait pourtant proposées à travers les médias et sur toutes les tribunes avant sa prise de fonction ?

En 3 mois, le Cameroun a perdu 12 places, et en autant de temps, rien n' a changé sous notre ciel. Les nuages de l'incompétence sont toujours là. Pour ne pas paraitre prétentieux, il n'y a pas de honte à reconnaitre son échec. Être sélectionneur des Lions Indomptables n'est pas une question de peaux noires ou de peaux blanches. il faut un projet cohérent et structuré, avec des hommes nouveaux, des techniciens expérimentés et volontaires capables, dans la méthode, de redonner au Cameroun un identité, cette empreinte qui manque depuis très longtemps désormais.

Daniel Pascal Nsongo

  • www.cameroon-footbuzz.com
  • 15/02/2013

Calendrier

« Décembre 2017 »
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Rechercher sur le site

Espace Membre

Dernières modifications